Search

Themes

Year

Area

Graphical Composition

Artists

Famous Figures

Helios Gomez (1905 – 1956)

Gitan né à Séville en 1905. Il débute comme décorateur en céramique, ses premiers dessins sont publiées dans le journal anarchiste Páginas Libres ou illustrent des livres andalous. Il fréquente les milieux anarchistes et décide de parler, d'écrire et de peindre en restant cohérent avec son choix politique. A Paris, il expose dans plusieurs galeries et collabore aux revues : Tiempos Nuevos, Rebelión et Vendredi . Il est arrêté et expulsé pour sa participation aux manifestations contre l'exécution de Sacco et Vanzetti. Il s'installe alors à Bruxelles, puis à Amsterdam, Berlin, Vienne, Leningrad,… En 1930, l'Association Internationale des Travailleurs (AIT) publie à Berlin son premier album Días de ira. De retour à Barcelone, Hélios Gomez collabore à de nombreux journaux et revues de gauche : L´Opinió, La Rambla , La Batalla , L´Hora , Bolívar et Nueva España, etc. En 1931, il adhère au PCE. Arrêté en 1932, il est de nouveau expulsé,… vers l'URSS, dont il revient en 1935. Début 1936, à Barcelone il crée le groupe Els Nis, puis devient président du comité révolutionnaire du Syndicat des Dessinateurs Professionnels (SDP-UGT) dont il a dessiné la première affiche. Les 19 et 20 juillet, il participe –les armes à la main- aux journées victorieuses de Barcelone. S’il continue son travail de graphiste (affiches ou couvertures de revue comme El Mono azul), comme beaucoup d’autres Il s'engage sur le front d‘Aragon, comme milicien dans une section chargée de la propagande. Il rejoint ensuite le Front de Madrid, puis le sud de l’Estrémadure. Nommé Commissaire politique début 1937, il exécute un capitaine (communiste) d’une balle dans la tête. Recherché par le PCE, il rentre précipitamment à Barcelone pour se cacher avec l’aide de ses compagnons du SDP : Josep Bartoli et Shum. Il vivra six mois dans la clandestinité dans Barcelone. Il finit par se refugier au sein de l'Ex colonne Durruti (26ème Division), il en devient le commissaire à la propagande. Il participe à la maquette du journal de la colonne El Frente et conçoit l'affiche de l'exposition consacrée à Buenaventura Durruti (novembre 1938). En 1939, il passe la frontière avec les derniers éléments de la 26ème Division, Gomez sera interné successivement dans plusieurs camps de concentration du Roussillon, puis en Algérie. Il revient à Barcelone dès 1942 où il reprend son métier de graphiste et est de nouveau incarcéré à la prison « modelo », il y peint sur les murs des couloirs sa dernière œuvre. Il meurt en 1956.

  • Affiche, 1938, H Gomez, 26è Division, Exposition en Homage à Durruti

  • Document, 1937, Gomez H, Terre Libre, Où va l'Espagne

  • El Frente 20 novembre 1937

  • Timbre, 1934 - 1935, Gomez, amnistia édition de la Rambla

    Timbre antérieur au 19 juillet 1936. Le dessin reprend une affiche que H. Gomez a conçu en 1939 pour les communistes allemands. Un prisonnier s'évade en brisant les barreaux de sa prison. Dehors les travailleurs manifestent.

Showing 1 - 4 of 4 items